Proagir maintenant consiste à appliquer ces propositions dès aujourd’hui

Elles concernent essentiellement le « haut de l’iceberg », c’est-à-dire vos comportements et actions visibles. Elles sont relativement faciles à mettre en œuvre si vous êtes motivé.e.

 

Anticiper

Imaginez et visualisez

  • Imaginez – le matin au fond du lit au calme – le déroulement de votre journée ;
  • Visualisez les événements futurs – toujours au calme sous la couette ;
  • Réfléchissez aux problèmes potentiels mais n’envisagez pas systématiquement le pire ;
  • Envisagez l’imprévu, les peaux de banane et autres impondérables ;
  • Émettez des intentions positives et visualisez le meilleur !

 

Évitez de procrastiner

  • Ne remettez pas à demain ce que vous pouvez faire dès aujourd’hui ;
  • « Ce qui est fait n’est plus à faire » ;
  • Évitez d’accumuler les tâches (même petites) qui risquent de créer une montagne de soucis plus tard ;
  • Faites des petites actions, elles passent inaperçues effectuées au fur et à mesure de leur survenue ;

 

Traitez les priorités

Une tâche est dite urgente si les délais de traitement sont courts, comme une lettre à poster avant la levée du courrier, un incendie à éteindre ou un avion à prendre.

Une tâche est considérée comme importante si ses résultats portent à conséquence sur la trajectoire de votre vie, comme une mission qui devrait vous ouvrir des portes, une responsabilité qui met en avant vos compétences, ou manager une équipe qui vous permettra de devenir responsable d’un secteur d’activité de votre entreprise.

Classez vos tâches dans le tableau ci-dessous – appelé Matrice d’Eisenhower :

 Urgent + Pas Urgent –
Important + +/+ +/-
Pas Important – -/+ -/-
  1. Repérez ce qui est urgent et important et traitez-le rapidement ;
  2. Occupez-vous de ce qui est urgent ou déléguez si possible ;
  3. Prenez en charge ce qui est important pour vous et vos objectifs ;
  4. Déléguez le non-urgent/non-important.

 

Évaluez votre efficacité

  • De temps en temps, il est intéressant de s’arrêter et d’évaluer le résultat de ses efforts. Posez-vous ces questions :
    • Pourquoi je fais cette tâche ? Est-ce qu’elle est utile ? A quoi/à qui sert-elle ?
    • Est-ce que ce travail me mène à mon but, construit mon objectif, rempli ma mission de vie ?
    • Est-ce qu’elle a du sens pour moi ? Pourquoi je l’effectue ?
  • Tentez de nouvelles stratégies, testez d’autres options pour réajuster votre efficacité ou pour l’améliorer ;
  • Établissez un plan, une routine, une to-do-list (une liste de choses à faire), une check-list (une liste de vérifications) pour avancer dans votre travail de manière fructueuse ;
  • Cherchez à raccourcir, à consolider ou éliminer certaines étapes des processus de travail.

 

Être acteur de sa vie

Prenez vos responsabilités

  • Lorsque vous décidez de faire une chose, faites-là jusqu’au bout ;
  • Assumez-en les résultats même s’ils sont négatifs ;
  • Les femmes ont tendance à prendre sur elles la responsabilité des échecs, même s’ils ne sont pas de leur ressort tandis que leurs réussites tiennent à la chance (est-ce votre cas ?)
  • les hommes ont tendance à rejeter la faute de leurs échecs sur autrui et à ne conserver que leurs succès qui sont toujours de leur ressort (vous reconnaissez-vous fonctionner ainsi ?)
  • Prenez vos responsabilités, rien que vos responsabilités ; et congratulez-vous pour vos succès et vos réussites, même minimes.

 

Assumez vos problèmes et les conséquences de vos actes

  • Reconnaissez vos erreurs – à vos propres yeux – et faites votre mea culpa si nécessaire ;
  • Présentez vos excuses lorsque vous avez offensé, trahi ou blessé autrui ;
  • Ne comptez d’abord que sur vous-même pour résoudre vos difficultés : ce sont vos défis, pas ceux d’autrui ;
  • « Aide-toi, le ciel t’aidera ». Ensuite demandez de l’aide si nécessaire ;
  • Ne rejetez pas la faute sur les autres lorsque vous rencontrez une difficulté.

 

Prenez des initiatives et relevez des défis

  • Ayez pour objectif personnel de toujours trouver des solutions ;
  • Adoptez l’esprit-solution ;
  • Créez-vous la croyance qu’il existe toujours des solutions même si elles ne sont pas visibles de prime abord.

 

Concentrez-vous sur les éléments contrôlables

  • Distinguez votre sphère d’influence de votre zone de préoccupations : sachez faire la différence entre les choses que vous pouvez changer et les autres ;
  • Ne vous mêlez pas de ce qui ne vous regarde pas et « les vaches seront bien gardées » ;
  • Mêlez-vous au contraire de ce qui vous regarde directement ou indirectement : faites votre travail et assumez vos responsabilités ;
  • Évitez de mettre votre énergie dans des choses ou des situations que vous ne pouvez pas changer, sur lesquelles vous n’avez pas de contrôle.

 

Mettez votre énergie et votre motivation sur des tâches dont vous avez la responsabilité

  • Augmentez votre efficacité et votre motivation en plaçant votre temps et votre énergie sur des tâches maîtrisables ;
  • Augmentez votre estime de soi et votre fierté en effectuant des actions utiles.

 

Fixez-vous des objectifs réalistes

  • Vous connaissez sûrement l’acronyme SMART (« intelligent » en anglais). Des objectifs SMART sont des objectifs Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définis ;
  • Pour maintenir ou créer un cercle vertueux et garder l’envie et la volonté d’avancer ;
  • Vous resterez ainsi motivé.e ;
  • Saucissonnez les objectifs ambitieux : faites-en des petites bouchées digestes, facilement réalisables ;
  • Cultivez la patience et la persévérance pour tenir sur la longueur.

 

Participez activement

  • Ne restez pas sur la touche pendant que les autres participent et s’amusent ;
  • Entrez dans le jeu et renvoyez le ballon ;
  • Entrez sur la piste de danse et aller chercher un.e partenaire ;
  • Prenez les choses en main – quand vous sentez que « c’est le moment » ;
  • Prenez la parole, faites des suggestions ;
  • Exprimez vos idées et vos désaccords ;
  • Saisissez votre chance quand elle se présente.

 

Restez cohérent.e

  • entre ce que vous dites et ce que vous faites ;
  • entre ce que vous pensez et ce que vous dites ;
  • entre ce que vous ressentez et ce que vous faites ;
  • entre vous et le contexte ;
  • Mettez en harmonie vos différents corps entre eux sous peine d’être dissonant.e. Il s’agit bien sûr de vos corps physique, émotionnel, mental, spirituel ;
  • Enracinez-vous : prenez appui sur la terre ferme grâce à votre corps physique, bien campé.e sur vos jambes ;
  • Alignez-vous sur vos valeurs  les plus hautes ;
  • tenez vos promesses ;
  • cultivez des espoirs réalistes à court et moyen terme

 

Apprenez à vous connaître

  • Apprenez à connaître vos qualités, vos défauts, vos limites, vos faiblesses pour les palier ou pour les dépasser ;
  • Sachez comment vous fonctionnez pour vous faire confiance ;
  • Pour savoir comment satisfaire vos rêves, vos désirs, ce que vous voulez dans la vie ;
  • Pour éviter de vous duper et vous faire du tort ;
  • Pour éviter de vous illusionner sur vous-même ;
  • Pour éviter que d’autres agissent sur vous à votre insu et vous manipulent ;
  • Parce que vous ne pouvez pas à échapper à vous-même, alors autant savoir qui vous êtes ;
  • Pour devenir votre meilleur.e ami.e et pouvoir compter sur vous-même en toutes circonstances.

 

Entourez-vous de personnes enthousiastes et dynamiques

  • Des personnes qui vous dynamisent et vous poussent à aller de l’avant ;
  • Des personnes qui sont des exemples pour vous, qui sont sources d’inspiration ;
  • Des personnes qui vous veulent du bien et le font effectivement ;
  • Des personnes qui vous tirent vers le haut, vers le meilleur de vous-même ;
  • A contrario, repérez les personnes toxiques : celles qui vous font du mal, vous méprisent, vous négligent, ne vous respectent pas…
  • Respectez-vous vous-même ;
  • Faites-vous respecter en donnant l’exemple vis-à-vis de vous-même.

 

Contrôler ses réactions : être actif avant d’agir

Concentrez-vous sur les solutions et non sur les problèmes

Nous sommes programmés pour la survie donc pour repérer tout ce qui risque de nous mettre en danger. Notre cerveau reptilien se focalise sur les problèmes, dangers, risques… Notre survie biologique conditionne notre survie-tout-court, aussi sommes-nous bien outillés côté survie, au détriment de notre épanouissement. En effet, celui-ci demande « arrêt sur image » entre le stimulus et la réponse, à l’opposé des réflexes conditionnés et des habitudes qui fonctionnent sur le mode Stimulus-réponse.

Ceci dit, puisque nous réussissons à survivre quotidiennement aux dangers et imprévus de tout bord, nous pouvons finir par comprendre que les dangers ne courent plus les rues et qu’il est temps de sortir de notre réactivité pour devenir proactif, c’est-à-dire être actif avant d’agir. Sortir de notre réactivité naturelle pour prendre le temps de ressentir, analyser, observer, penser, comprendre, imaginer… et utiliser nos sens supérieurs – les sens psychiques et spirituels – pour actualiser notre potentiel intelligent créatif.

Alors faisons preuve d’imagination, d’anticipation, d’esprit-solution pour aller de l’avant sans nous laisser effrayer ou coincer par les peurs générées par les « problèmes ».

Pour ce faire, bien se connaître est un préalable : pour anticiper nos propres réactions (fuite, attaque), faire la part des choses entre illusions et réalité. Pour connaître nos conditionnements, nos ornières, nos illusions, nos zones d’ombre et changer notre état d’esprit pour l’orienter Solution.

Avoir un esprit-solution, c’est résoudre les problèmes, accueillir les nouvelles situations comme des cadeaux de la vie – au lieu de les fuir – pour évoluer, grandir, s’épanouir. C’est prendre le risque d’être heureux.se.

Concentrez votre énergie et vos talents, vos qualités et compétences à trouver des solutions pour continuer d’avancer.

Considérez que toutes situations a plusieurs solutions : ce n’est pas parce que vous ne la voyez pas qu’elle n’existe pas. Si elle n’apparaît pas d’emblée, soyez patient.e, restez calme et faites-vous confiance. Ouvrez les canaux de l’intuition en faisant taire votre mental et vos angoisses.

 

Restez calme et pondéré.e en toutes circonstances

Même dans celles qui vous mettent hors de vous. Surtout lorsqu’elles vous mettent hors de vous. (d’où l’importance de bien se connaître).

Prenez l’habitude de respirer profondément, faites-le régulièrement. Cette habitude vous permettra de rester calme même dans la tempête, en période de crise.

Ne cédez pas à la tentation d’étrangler l’autre, de le couvrir d’injures ou le mépriser de toute votre hauteur, vous vous sentiriez minable et votre estime de soi en prendrait un coup. Si cela devait se produire, rappelez-vous que vous pourriez croiser cette personne « en descendant l’escalier » (le monde est petit), aussi ne vous donnez pas l’occasion de baisser la tête de honte devant quiconque : présentez vos excuses, demandez pardon pour l’offense. Vous en sortirez grandi.e et fier.ère de vous.

 

Évitez de parler trop vite ou de juger

  • Évitez les conclusions hâtives : prenez le temps de l’analyse, de l’observation, de l’écoute, de la compréhension, de l’empathie ;
  • Prenez le temps d’observer les situations, les enjeux, mais aussi les émotions et sentiments en présence, les vôtres comme ceux des autres ;
  • Donnez-vous la possibilité d’être empathique, de vous mettre à la place de l’autre – sa situation, son point de vue, ses objectifs, ses peurs et ses sentiments… –  et de ressentir ce qu’il ressent ;
  • Abstenez-vous de juger quiconque si vous ne voulez pas être jugé.e à votre tour ;
  • Recueillez les informations nécessaires avant de conclure ;
  • Décentrez-vous pour vous mettre à la place de l’autre et voir le contexte de son point de vue : que voit-il ? Que vit-il ? Que feriez-vous à sa place ?
  • Gagnez en souplesse d’esprit et en ouverture du cœur ;
  • « Que votre parole soit impeccable » (dixit l’un des Accords toltèques).

 

Abstenez-vous d’idées fixes ou figées

Le cerveau ne peut réellement se concentrer que sur une seule chose à la fois.

Ce qui nous donne cette impression de fonctionner en multitâches, c’est la rapidité avec laquelle le cerveau traite les informations : nous ne le voyons pas switcher d’une tâche à l’autre. C’est pourtant ce qu’il fait, les neurosciences l’ont démontré.

  • Aussi concentrez-vous sur des idées positives, constructives ;
  • Abstenez-vous de pensées négatives obsessionnelles ;
  • Si vous en reconnaissez une à l’horizon, faites-lui barrage immédiatement en tournant vos pensées sur des idées, des souvenirs, des rêves qui vous font du bien ;
  • Ayez suffisamment de vigilance et d’énergie pour leur barrer la route et aussitôt penser à des choses qui suscitent joie et bien-être en vous ;
  • Si l’idée néfaste persiste, ne lui résistez pas : ce contre quoi vous luttez se renforce. Aussi adoptez la voie du milieu : acceptez-là pour ce qu’elle est – juste un influx nerveux dans le cerveau – et mettez-en une autre à la place ;
  • Si vous en éprouvez le besoin, confiez-vous à autrui, le fardeau sera moins lourd à porter une fois partagé ;
  • Commencez dès maintenant à faire un stock de « bons souvenirs », les positifs, les joyeux, pour les convoquer rapidement en cas de danger de « mauvaises pensées ».

 

Tirez les leçons de vos échecs et erreurs

Vous n’échouez pas, vous êtes en train d’apprendre.

Si des obstacles se présentent, observez-les et cherchez les solutions-bis, les chemins de traverse, d’autres manières d’aborder la situation ou d’envisager les choses.

Transformez vos déceptions et vos revers en expérience, vous irez ainsi toujours de l’avant.

Adoptez toujours une vision positive de la vie – oui la Vie vous veut du bien. Cette vision entraîne des croyances positives bonnes pour la santé physique, émotionnelle, psychique et spirituelle. Ce qui est indispensable pour être proactif et prendre votre vie en main.

 

Pour utiliser tous vos sens pour proagir, cliquez ici

Fermer le menu