Comment vous lever le matin plein d’allant alors que vous vous sentez angoissé

Être proactif, c'est activer vos supers pouvoirs pour réaliser vos rêves

Comment vous lever le matin plein d’allant alors que vous vous sentez angoissé

Zut, nous avons un cerveau

Pour écouter cet article, cliquez ici –> Audio-Blog-Comment-vous-lever-le-matin

 

Il m’arrive parfois le matin au réveil de ne pas me sentir bien. Je ne suis pas encore levée, j’ai à peine ouvert un œil que, déjà, l’angoisse me saisit… Ah non alors ! Je veux être bien, quoi qu’il arrive !

 

Heureusement, nous avons un cerveau…

Compte tenu du mode de fonctionnement de notre cerveau, il est facile de le duper. Il ne fait pas la différence entre la vraie vie et l’imagination.
De plus, nous ne pouvons nous concentrer que sur une seule pensée à la fois.
Alors, avant même de me lever et d’entreprendre quoi que ce soit, je visualise ma  journée les yeux fermés :

– Pour calmer mon corps émotionnel, j’imagine que nous sommes dimanche. J’ai remarqué que je suis toujours en forme le dimanche, quelle que soit l’heure à laquelle je me réveille. Je me coule dans l’instant présent, je me plonge dans quelques respirations profondes (cinq fois au moins) en faisant le vide dans mes pensées.
Je suis au fond de mon lit, au chaud sous la couette (ces moments de mal-être arrivent plutôt l’hiver). Le dimanche, je n’ai pas de contrainte de timing donc, au moment où je dupe mon cerveau (quel que soit le jour de la semaine), j’imagine que je n ai pareillement aucune obligation  ni contrainte d’aucune sorte.

– Après cette respiration consciente, qui me permet de trouver une relative sérénité, je passe au corps mental. Je visualise toutes les situations qu’il m’intéresse de vivre dans la journée sur les plans physique, mental et émotionnel :

 

…dont nous pouvons prendre le contrôle

  • Dans un premier temps, j’intime l’ordre à mon conscient/subconscient que : « je veux être bien quoi qu’il arrive aujourd’hui,  quelles que soient les situations et les personnes rencontrées ».
  • Dans un deuxième temps, je vis mentalement la journée idéale : je passe en revue les tâches que je veux avoir terminées pour le soir, les étapes d’un projet que je veux avoir achevée en fin de journée, les solutions que j’imagine avoir trouvé facilement (même si je ne sais pas encore lesquelles au moment où je les vois mentalement), les bonnes idées qui vont m’assaillir en abondance.
  • Dans un troisième temps, je ressens les émotions de plaisir et de bien-être qu’il y a à effectuer ces tâches avec efficacité. Je me remémore leurs finalités, le pourquoi de ces objectifs (heureusement que j’ai réfléchi au sens de ces buts au préalable. Je me rappelle ainsi que ces buts me tiennent à cœur). La fierté et la joie m’envahissent, j’ai concrètement le sourire aux lèvres.

Je me sens nettement mieux pour ouvrir les yeux et envisager de commencer ma journée debout.

Ceci peut prendre de quelques secondes, si le mal-être est léger, à plusieurs minutes s’il est plus profond. Je prévois de me réveiller tous les matins dix minutes avant l’heure requise pour me donner ce sas de respiration-visualisation, au cas où…

 

Quand rester dans le noir peut nous éclairer

Si je ne suis pas appelée par quelque impératif, je m’offre encore quelques moments de détente et de repos. J’ai remarqué que les meilleures idées viennent à ce moment-là, lorsque le cerveau n’est pas encore encombré de toutes les nouvelles informations de la journée, qu’il est frais et disponible après le travail de nettoyage neuronal de la nuit.
J’utilise alors la fonction dictaphone de mon portable posé à portée de main (il me sert aussi de réveil-matin) pour enregistrer mes idées au fur et à mesure qu’elles affluent. Je mémorise ainsi sur support audio les idées, les rectifications que je veux apporter sur différents dossiers en cours, les réponses ou solutions qui me viennent sur une question en suspens, la réponse à faire à un mail délicat, la conclusion à donner à telle demande qui m’a été faite.

Bref, je laisse venir à moi toutes les informations pertinentes. Je suis plongée dans le noir et concentrée sur mes pensées.

 

Ça y est, je me lève enthousiaste !

Lorsque je me lève, après une telle séance de repos-visualisation-travail préparatoire enregistré, je me sens vraiment bien. Je me sens apaisée physiquement, émotionnellement et rassurée mentalement puisque je sais ce que je vais faire et pourquoi je vais le faire. Du coup, je me lève très enthousiaste !

 

 

Je vous souhaite le meilleur :-)

Être proactif Nathalie Decottegnie Portrait blog1Nathalie Decottégnie

Experte ès Proactivité

Consultante, Pédagogue,
Conférencière, Auteure

Ouvrage : « A Quoi  pense  une Professionnelle de la Formation en train d’animer un Stage ?«
Roman : « toi ou la vraie vie »

 

Pour écouter cet article, cliquez ici –> Audio-Blog-Comment-vous-lever-le-matin

About the Author

Nathalie DECOTTEGNIELa Référente francophone de la ProactivitéView all posts by Nathalie DECOTTEGNIE →

Leave a Reply

Alors c'est décidé... vous devenez proactif ?

Contactez-moi