Voici plusieurs situations affectives, pourriez-vous dire si vous êtes proactif.ve ?

Première situation : vous êtes amoureux.se

Vous fréquentez depuis quelques semaines, quelques mois, une personne qui vous plaît vraiment, et vous déclarez votre flamme. Êtes-vous proactif.ve ?

Réponse : oui et non, ça dépend. Trois bonnes réponses sont possiblement justes. Vous avez un comportement proactif si votre attitude (état intérieur) est proactive. Voyons cela en détail.

OUI vous êtes proactif.ve parce que vous avez le courage de vous ouvrir sur vos sentiments, vous vous affirmez. Donc vous êtes prêt.e (plus ou moins) à prendre des risques, comme vous prendre un râteau, vous manger une veste. Vous prenez le risque d’essuyer un refus (ce qui mettrait à mal votre amour-propre).

OUI vous êtes proactif.ve si vous acceptez sa réponse quelle qu’elle soit (« je ne partage pas tes sentiments », « je ne suis pas amoureux.se de toi », « qu’est-ce qui vous prend ?! », etc.). Accepter sa réponse, cela signifie notamment de ne pas devenir agressif.ve ou rancunier.ère à la suite du feed-back déplaisant. Vous restez respectueux.se de vous-même et de l’autre.

NON vous n’êtes pas proactif.ve si vous vous attendez forcément à un oui sans avoir envisagé un non.

NON vous n’êtes pas proactif.ve si vous devenez agressif.ve, mesquin.e, fâché.e… à la suite d’un refus.

 

Conclusion de cette première situation

Vous voyez qu’être proactif est davantage une question d’état d’esprit que de comportement.

Selon la connaissance que vous avez de vous-même (votre état émotionnel, vos sentiments, votre caractère, vos réactions…), vous savez ce que vous êtes prêt.e à entendre ou pas. Vous allez agir en conséquence. Et, comme le but d’être proactif est quand même de réussir vos entreprises, vous allez envisager plusieurs éventualités de réponses pour les anticiper et vous adapter au mieux :

  • votre interlocuteur.trice partage tout à fait vos sentiments et vous saute au cou pour vous embrasser à pleine bouche ;
  • votre interlocuteur.trice ne partage pas vos sentiments ;
  • votre interlocuteur.trice a besoin de temps pour vous répondre ;
  • votre interlocuteur.trice ne s’attendait pas du tout à votre demande et s’offusque ;
  • votre interlocuteur.trice vous envoie un aller-retour – paf ! – cinglant.

Quelle que soit sa réaction, vous devez les avoir envisager : vous avez suffisamment d’imagination pour cela ! L’imagination fait partie des 4X5 sens à notre disposition, à vous de les utiliser à bon escient.

 

Deuxième situation : vous mettez fin à une relation

Vous décidez de rompre. Vous allez quitter votre partenaire avec qui vous êtes depuis plusieurs mois ou années. Vous lui dites « je te quitte, c’est mieux comme ça… » (formulation à votre convenance). Êtes-vous proactif.ve ?

Réponse : oui et non, ça dépend. (vous commencez à comprendre…)

OUI vous êtes proactif.ve si vous avez exposé vos raisons clairement et avec respect, prêt.e à assumer l’ire, la colère, la rage, la déception, les larmes de votre ex.

OUI vous êtes proactif.ve si vous avez bien réfléchi à cette décision, si elle est en accord avec vos désirs profonds, cette décision vient de vous.

OUI vous êtes proactif.ve si la décision vient non seulement de vous, mais encore, vous l’avez mûrement réfléchie, et vous en exposez les raisons pour que votre ex-partenaire comprenne votre décision.

OUI vous êtes proactif.ve si vous assumez les conséquences de votre décision.

NON vous n’êtes pas proactif.ve si cette décision ne vient pas complètement de vous, qu’elle a été prise sous la pression de votre entourage (« ce n’est pas une femme/un homme pour toi » ; « Il est temps que tu le/la largues » ; « Qu’est-ce que tu fais avec lui/elle ? »…)

NON vous n’êtes pas proactif.ve si cette décision est prise sur un coup de tête un soir de ras-le-bol, à la suite d’une goutte d’eau qui fait déborder le vase.

NON vous n’êtes pas proactif.ve si vous annoncez votre décision à la va-vite et prenez la poudre d’escampette pour vous éviter les hurlements de détresse et/ou de colère.

NON vous n’êtes pas proactif.ve si votre ex-partenaire n’a pas d’explication de votre part, et n’a pas droit à la parole pour exprimer son point de vue ou ses sentiments. (être proactif, c’est assumer les conséquences de ses actes donc devoir supporter les pleurs et autres hurlements à la suite de votre décisions)

 

Conclusion de cette deuxième situation

Être proactif, c’est agir en conscience. Conscience de ses sentiments, de ses valeurs, de ses décisions et de leurs conséquences… Aussi être proactif.ve en amour n’est-ce pas que prendre les devants pour flirter, agir pour séduire. C’est aussi savoir rompre proprement, avec conscience de soi et de l’autre, en étant clair.e sur ses motivations et les conséquences de cette décision.

 

Troisième situation : vous êtes avec votre chéri.e

Votre chéri.e vous demande de venir au cinéma avec lui/elle, vous acquiescez. Faites-vous preuve de proactivité en acquiesçant ?

Réponse : oui et non, ça dépend.

OUI vous êtes proactif.ve si vous répondez par l’affirmative en conscience, c’est-à-dire par choix. Attention cependant : si vous choisissez de l’accompagner au cinéma par faiblesse (parce que vous ne savez pas dire non), vous n’êtes pas proactif.ve, vous subissez votre propre faiblesse.

OUI vous êtes proactif.ve si, alors que vous n’aviez pas envie de l’accompagner, vous décidez finalement de le.la suivre et de profiter de cette occasion pour vous rapprocher de lui.d’elle.

OUI vous êtes proactif.ve si vous êtes opportuniste : vous aviez envisagé de faire autre chose mais, finalement, vous décidez de profiter de cette opportunité pour resserrer vos liens.

OUI vous êtes proactif.ve si vous avez envie d’être en sa compagnie, tout simplement.

NON vous n’êtes pas proactif.ve si vous dites oui en pensant non.

NON vous n’êtes pas proactif.ve si vous refusez de l’accompagner sans raison, si vous ne savez pas vous-même pourquoi vous refusez.

Vous remarquez qu’être proactif.ve requiert une certaine dose d’assertivité : vous devez être suffisamment affirmé.e pour oser imposer (avec respect de l’autre) vos choix et vos décisions. Ce qui requiert de savoir ce que vous voulez pour ne pas subir les choix d’autrui. Ce qui nécessite aussi de bien vous connaître pour savoir ce qui vous convient vraiment et ce qui vous déplaît.

 

Conclusion de cette troisième situation

Là encore, c’est votre état d’esprit qui va faire la différence dans votre degré de proactivité :

  • Soit vous êtes proactif.ve parce que vous dites oui à la proposition avec plaisir, tout simplement.
  • Soit vous êtes proactif.ve parce que vous n’avez pas d’opinion présentement et vous vous dites « pourquoi pas ? » Ici vous êtes proactif.ve dans la mesure où vous vous êtes interrogé.e in petto pour savoir si y aller ou pas vous intéressait. Vous êtes opportuniste – dans le bon sens du terme. Vous avez fait votre choix en conscience et en accord avec vous-même.
  • Soit vous êtes proactif.ve, même si vous regrettez votre choix par la suite, car c’est votre choix à vous. Et si l’accompagner était finalement ennuyeux ou une perte de temps, vous ne vous en prendrez qu’à vous-même. C’est en cela que vous êtes proactif.ve : vous n’êtes pas victime des circonstances extérieures, vous savez prendre vos responsabilités, et vous assumez vos choix sans les reprocher à autrui.
  • Soit vous n’êtes pas proactif.ve parce que, quelle que soit votre réponse – que vous accompagniez votre partenaire ou non – vous n’êtes pas connecté.e à vos désirs profonds. Vous n’avez pas réfléchi à ce dont vous aviez envie. Vous n’avez pas d’opinion par rapport à la situation et, devant l’insistance de votre partenaire, vous vous dites « pourquoi pas ? » Cette décision est davantage un choix par défaut – ne pas contrarier, ne pas vous exclure, ne pas prendre le risque d’être rejeté.e par la suite – qu’un choix éclairé et réfléchi.

En conclusion

Vous voyez qu’être proactif n’est pas de tout repos. Il faut du courage pour être soi et agir en conscience et en conséquence.

Mais vous n’êtes pas seul.e. Pour vous aider à être davantage et plus facilement proactif.ve, voici pour vous des OUTILS que je vous invite à consulter en cliquant ici.

 

Je vous souhaite le meilleur,

nathalie Decottégnie, la proactivité en actionNathalie Decottégnie
La Référente de la Proactivité, Auteure du site www.etreproactif.com
Consultante, Formatrice
Maître et Praticienne Reiki depuis 2004

Pour me contacter, c’est ici.

Fermer le menu