Des comportements qui nous trahissent…. si nous n’y prenons garde

Être proactif, c'est activer vos supers pouvoirs pour réaliser vos rêves

Tre Proactif Rubikube

Des comportements qui nous trahissent…. si nous n’y prenons garde

A votre avis, quelle émotion profonde – cachée, enfouie – motive les expressions ci-dessous ?

Pour écouter l’article dans son intégralité, cliquez ici –> Audio-Blog-Ces-comportements-qui-nous-trahissent-si-nous-ny-prenons-garde

 

Être proactif Rubikube

Je propose à votre sagacité plusieurs réflexions que j’ai glanées ça et là ces derniers jours.
Au-delà de l’expression apparente, je vous invite à réfléchir – ou ressentir – l’émotion sous-jacente qui s’y trouve. Un indice : c’est une émotion commune à toutes les réflexions ci-dessous.

 

 

1 – Oh moi, tu sais, je ne suis pas très fort dans ce truc-là. Je dirai même que je suis nul alors ce n’est même pas la peine que j’essaie.

2 – Cette femme me plaît vraiment beaucoup mais qu’est-ce que je peux lui apporter, à elle qui est si brillante et si séduisante ?

3 – Je ne suis pas Chef-cuisinier, je ne suis que cuisinière. Bien que je fasse tous les repas pour une quarantaine de personnes tous les jours – p’tits déj’, déjeuners et dîners -, je ne suis pas chef-cuisinier. Je suis au four et au moulin mais je ne suis pas le chef-cuistot ici. D’ailleurs, personne ne l’est vu que je suis seule salariée entourée de bénévoles.

4 – « Un tien vaut mieux que deux tu l’auras », non ?

5 – « Mieux vaut tenir que courir », n’est-ce pas ?

6 – Cet homme est incroyable ! Je suis très attirée ! Malheureusement, dès que je le vois, j’en perds mes moyens. Je suis bien incapable de lui proposer de faire plus ample connaissance.

7 – Ce collègue m’agace par son aplomb ! A peine plus expérimenté que moi, il a déjà évolué alors que moi je stagne, non mais, c’est pas supportable d’être témoin de ça tous les jours !

8 – J’ai vraiment voulu te parler mais j’avais trop de trucs à faire… Mon déplacement professionnel en Grèce à préparer, d’autant que je voulais faire un peu de tourisme par la suite ; j’avais aussi un séminaire avec la Haute Direction, tu sais c’que c’est… ; et le temps passe si vite. Tu comprends j’espère.

9 – Aller lui demander une augmentation ? Maintenant ? Alors que l’entreprise connaît la crise ? Noooon, ce n’est pas raisonnable. Plus tard j’irai le voir, mais pas maintenant.

10 – Dans ma maison, c’est tellement encombré depuis des années que je ne sais plus par quel bout commencer pour faire de la place. Et puis, quand je commence, je ne sais pas pourquoi mais automatiquement je « remplis » à nouveau, alors à quoi bon commencer à ranger ?

 

Propositions de réponse

Être proactif Peur YeuxL’émotion de fond est la peur.

1 – Oh moi, tu sais, je ne suis pas très fort dans ce truc-là. Je dirai même que je suis nul alors ce n’est même pas la peine que j’essaie.
–> La personne qui s’exprime ainsi se rapetisse, consciemment ou inconsciemment. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons qui lui sont propres : dans le but d’éviter le risque d’échouer dans son action et de perdre la face, par crainte de (se) décevoir, pour éviter que l’autre ne le dénigre ou même ne l’humilie. Quelles que soient les motivations, c’est un mécanisme de protection contre la peur qui est en jeu.

2 – Cette femme me plaît vraiment beaucoup mais qu’est-ce que je peux lui apporter, à elle qui est si brillante et si séduisante ?
–> La personne qui s’exprime ainsi avoue un manque d’estime de soi, un manque de confiance en soi, un manque d’audace, une forme d’impuissance ou tout autre sentiment mettant au jour la crainte d’un échec : nous voyons encore la peur en action.

3 – Je ne suis pas Chef-cuisinier, je ne suis que cuisinière. Bien que je fasse tous les repas pour une quarantaine de personnes tous les jours – p’tits déj’, déjeuners et dîners -, je ne suis pas chef-cuisinier. Je suis au four et au moulin mais je ne suis pas le chef-cuistot ici. D’ailleurs, personne ne l’est vu que je suis seule salariée entourée de bénévoles.
–> La personne qui s’exprime ainsi ne croit pas en elle, ou pas suffisamment, pour se rendre compte qu’elle tient bel et bien le rôle d’un chef cuisinier, quand bien même elle n’en a ni le statut ni la reconnaissance ni le salaire ni la formation… ces expressions de « manques » montrent un manque d’estime de soi ou de confiance en soi, un manque de sécurité intérieure. Alors elle se dévalorise avant que ce ne soit l’autre qui se rende compte de son (sentiment d’) imposture. Nous voyons encore la peur en exercice.

4 – « Un tien vaut mieux que deux tu l’auras », non ?
–> La personne qui s’exprime ainsi s’accroche à ce qu’elle a plutôt qu’à tenter d’obtenir davantage, ou essayer quelque chose de différent ou de plus adapté à sa situation ou à ses envies. C’est vrai quoi, on sait ce qu’on a (un job, une femme, un salaire, une maison, un mari, …), mais on ne sait pas ce qu’on aura si « on lâche la proie pour l’ombre » (tient, encore un dicton du même acabit). Alors la personne s’agrippe à ses certitudes – sécurisantes –  plutôt que tenter l’aventure, sans garantie de résultat par définition (l’aventure, c’est « aventureux » donc risqué). La personne exprime ainsi sa peur et préfère rester dans sa zone de sécurité plutôt que prendre le risque d’en sortir. Ce dicton, qui se veut être plein de « bon sens », est surtout l’expression de frilosité et de peur face à l’inconnu. Cette peur de l’inconnu que l’on évite – la peur et l’inconnu.

5 – « Mieux vaut tenir que courir », n’est-ce pas ?
–> Ce dicton est à  l’image du précédent. Tenir fermement ce que l’on a déjà, c’est plus sûr. Le lâcher pour autre chose, c’est l’aventure, à éviter ! Là encore, c’est la peur qui meut la personne et qui lui donne ce type d’expression pour justifier son comportement timoré.

6 – Cet homme est incroyable ! Je suis très attiré ! Malheureusement, dès que je le vois, j’en perds mes moyens. Je suis bien incapable de lui proposer de faire plus ample connaissance.
–> Cette personne exprime… devinez quoi ? La peur ! Une fois de plus. La peur de… ne pas être à la hauteur (par manque d’estime ou de confiance en soi), la peur de décevoir, la peur d’être rejeté, la peur de ne pas plaire, la peur de bégayer, la peur de… elles sont si multiples !

Être proactif Peur chat chien7 – Ce collègue m’agace par son aplomb ! A peine plus expérimenté que moi, il a déjà évolué alors que moi je stagne, non mais, c’est pas supportable d’être témoin de ça tous les jours !
–> Cette personne exprime certes de la colère et de la frustration, mais à la base de la colère, que trouve-t-on ? La peur ! Et oui, encore elle. Cela peut être la peur d’être dépassé, la peur de ne pas « assurer » comme ce collègue que l’on estime tellement plus brillant que soi, la peur d’être licencié à terme. La peur donc.

8 – J’ai vraiment voulu te parler mais j’avais trop de trucs à faire… Mon déplacement professionnel en Grèce à préparer, d’autant que je voulais faire un peu de tourisme par la suite ; j’avais aussi un séminaire avec la Haute Direction, tu sais c’que c’est… ; et le temps passe si vite. Tu comprends j’espère.
–> Cette personne exprime surtout la fuite, la fuite dans l’activisme et les justifications. Et pourquoi fuit-elle ? Parce qu’elle a peur. Là encore, les peurs sont multiples et propres à l’histoire de la personne qui s’exprime : peur d’être rejeté, peur de parler en face, peur du regard de l’autre, peur de ne pas être compris, peur que les mots justes ne sortent pas, peur d’être ridiculisé ou d’essuyer une rebuffade… Quel que soit le « support » sur lequel se greffe la peur, c’est la peur originelle qui meut la personne.

9 – Aller lui demander une augmentation ? Maintenant ? Alors que l’entreprise connaît la crise ? Noooon, ce n’est pas raisonnable. Plus tard j’irai le voir, mais pas maintenant.
–> Là encore nous sommes face à un comportement de fuite. Sous des justifications « raisonnables », la personne rationalise son comportement. A-t-elle conscience qu’elle a peur ? Pas sûr. Néanmoins, une personne avertie ne sera pas dupe : la peur habite cette personne et motive ses choix et ses décisions.

10 – Dans ma maison, c’est tellement encombré depuis des années que je ne sais plus par quel bout commencer pour faire de la place. Et puis, quand je commence, je ne sais pas pourquoi mais automatiquement je « remplis » à nouveau, alors à quoi bon commencer à ranger ?
–> Et oui, là encore, la personne exprime son besoin de sécurité via le bazar qu’elle entretient autour d’elle, qui lui sert de rempart entre elle et le monde, et donc la sécurise. Elle exprime incidemment sa peur du vide, sa peur de l’absence, sa peur de l’inconnu. « La nature a horreur du vide », l’être humain aussi. Nous comblons nos peurs en nous « entourant » pour nous sécuriser : gadgets en tout genre, vêtements, placards pleins, objets aussi divers qu’inutiles, quantité de livres (tiens, je me reconnais un peu là, avec mes dix-neuf mètres linéaires sur mes rayonnages dans toutes les pièces… pour pallier ma peur de me sentir inintelligente ?)

 

J’ai glané ces échantillons réels, entendus ou vécus, au fil de mes rencontres, et notés en vue de vous les partager. Je crois en effet qu’il est temps d’apprendre à reconnaître nos peurs sous toutes leurs formes si nous voulons y remédier, si nous souhaitons en sortir plutôt que rester dominés par elles.

 

Les peurs réelles, et toutes les autres qui nous dominent à notre insu

Être proactif Fantome Dessin d'enfantIl y a les peurs que nous reconnaissons…
…et il y a toutes les autres qui se cachent derrière nos colères ou nos tristesses, celles que nous nions parce qu’elles viennent contrecarrer l’image que nous nous faisons de nous-mêmes ou que nous souhaitons présenter à autrui.

Regardons nos peurs, acceptons-les pour ce qu’elles sont : des peurs. C’est-à-dire des fantômes qui n’ont d’autre réalité que celle à laquelle nous décidons de croire, pour nous maintenir dans notre fameuse zone de confort et nous sentir sécurisés. Des illusions – certes paralysantes (« et quand je suis paralysé, c’est bien réel dites donc ! ») – mais illusoires tout de même.

Le but est de prendre conscience de ce qui nous meut pour pouvoir agir de façon plus consciente et plus juste. Faire plus attention aux pensées qui nous habitent et qui se transforment en actes… et qui vont parfois à l’encontre de notre épanouissement et notre bien-être. Prendre conscience que c’est la peur qui nous sert de moteur d’action peut nous éviter d’effectuer de « mauvaises » actions regrettables.

La prise de conscience est le début du changement vers ce que nous voulons vraiment devenir et vivre et réussir.

 

Ne pas confondre l’humilité avec l’incarnation de la peur

Se faire petit, se dénigrer, se rabaisser avant que l’autre ne le fasse pour nous, ne démontre pas l’humilité mais la peur.

Cette peur est censée nous protéger des dangers potentiels venant d’autrui mais elle est clairement l’antithèse de la sécurité et de la force intérieure.

Se faire tout petit, se diminuer, se rapetisser, éteindre sa lumière intérieure et mettre sa personnalité en veilleuse pour s’éviter la peur :
– de faire peur à autrui par notre réelle grandeur,
– de se faire détester et rejeter par l’autre face à notre brillance,
– de se faire couper les ailes par le risque de susciter la jalousie d’autrui,
Mais aussi peur :
– de décevoir,

– de devoir prendre des risques ou des responsabilités,
– de se sentir humilier par « plus beau, plus fort, plus intelligent » que soi (perçu comme tel),
– etc.
ne nous protègent en rien des humiliations réelles ni des peurs concrètes et justifiées.

 

proverbe d'amitié forteEt si nous devenions pour nous-mêmes notre meilleur ami ?

Et si nous nous protégions des autres mais aussi – surtout et d’abord – de nous-mêmes et de notre propre regard qui nous blesse et nous auto-mutile ?

Et si nous devenions pour nous-même notre meilleur allié ? Celui qui nous protège, celui qui se fait compréhensif et tolérant envers nos faiblesses, celui qui nous emplit de chaleur et d’amour. Celui sur lequel nous pouvons compter quoi que nous fassions et quoi qu’il nous arrive ?

 

Et si vous étiez la première personne à vous aimer plutôt qu’à vous rejeter ?
Certes, vous ne serez pas à l’abri des jugements ni des humiliations potentielles, mais vous aurez tout le respect de vous-même, la force intérieure et l’amour pour y faire face.

 

 

Je vous souhaite le meilleur :-)

Être proactif Nathalie Decottegnie Portrait blog1Nathalie Decottégnie

Experte ès Proactivité

Consultante, Formatrice,
Conférencière, Auteure

Ouvrage : « A Quoi  pense  une Professionnelle de la Formation en train d’animer un Stage ?«
Roman : « toi ou la vraie vie »

 

Pour écouter l’article dans son intégralité, cliquez ici –> Audio-Blog-Ces-comportements-qui-nous-trahissent-si-nous-ny-prenons-garde

About the Author

Nathalie DECOTTEGNIELa Référente francophone de la ProactivitéView all posts by Nathalie DECOTTEGNIE →

  1. conversion rateconversion rate11-21-2014

    C’est un article qui apporte des réponses claires

    • adminadmin11-21-2014

      Merci pour votre remarque,

      Nathalie

Leave a Reply

Alors c'est décidé... vous devenez proactif ?

Contactez-moi