Êtes-vous proactif lorsque vous anticipez ?

Êtes-vous proactif lorsque vous anticipez ?

Être proactif, ce serait anticiper

Lorsque je demande aux Professionnels ce qu’est pour eux être ou devenir proactif, les réponses qui viennent le plus souvent tournent autour de l’idée d’anticiper :
  • anticiper sur la concurrence ;
  • anticiper sur la sortie d’un produit concurrent ;
  • anticiper sur l’innovation…
  • et pour ce faire, changer les mentalités pour que les collaborateurs deviennent « force de proposition », « apporteur de solutions » et non « source de problèmes ».

Les Directions des Organisations veulent que leurs équipes deviennent proactives pour gagner sur le terrain économique et financier. Pour doubler les concurrents ou éviter de se faire dépasser. Dire « je suis proactif.ve car j’anticipe » est en effet une idée commune, prise pour vraie. Beaucoup de personnes pensent qu’être proactif, c’est savoir anticiper, c’est-à-dire « être en avance » – sur quelque chose, une idée, une action (prendre des initiatives), une personne (« j’étais là avant toi »), un moment (fixé d’avance, prévu ou prévisible).

J’ai lu récemment [j’ai perdu la source] que « anticiper, c’est être en avance sur son temps, c’est le devancer par le modernisme, par le caractère avant-gardiste de ses idées, c’est être proactif.ve ».

Bref, tout le monde s’accorde pour dire que être proactif, c’est anticiper. Pourtant cette affirmation est fausse. [vous avez remarqué que dans le titre de mon site, j’ai précisé « Être proactif by Nathalie Decottégnie » ? Donc je vais vous donner ma version]

 

Être proactif, est-ce vraiment « anticiper » ?

En tant que Référente de la Proactivité, je mets en avant une conception tout autre. Bien que le mot « proactif » semble dire « être pour l’action », cette croyance est non seulement fausse (vous ne pouvez pas être proactif.ve si vous courrez après le temps ou cherchez à doubler autrui), mais encore être proactif signifie plutôt être actif avant d’agir (quasi étymologiquement). [téléchargez ici le Livre blanc pour en savoir plus sur la signification du mot]

Bien. Décortiquons le sujet, approfondissons l’idée, allons au-delà des apparences et de la pensée dominante.

 

 

D’abord que signifie « Anticiper » ?

Anticiper est utilisé comme verbe transitif (qui appelle un complément d’objet) ou intransitif (sans COD), et il signifie :

  • Exécuter avant le temps déterminé – comme anticiper un événement : « T’es trop forte, tu savais que j’allais venir ! T’as anticipé ma venue et t’as tout organisé en conséquence » ;
  • Prévoir, devancer quelque chose – comme anticiper les problèmes : « t’es trop fort, t’avais prévu les coups de ton adversaire à la boxe, tu les as anticipés et t’as su les parer ! »
  • Utiliser à l’avance – comme anticiper sur ses revenus : « hou, nous avons anticipé sur les prochaines ventes, nous avons déjà investi dans un nouveau matériel alors que les caisses sont vides » ;
  • Prendre de l’avance sur une situation future – comme anticiper sur le résultat d’une élection : « je vote pour Untel, je suis prêt à parier gros, j’anticipe sur sa sortie des urnes »

Donc, si nous en restons à la première idée que « être proactif, c’est anticiper », cela suppose que « être proactif, c’est être toujours en avance sur quelque chose ou sur quelqu’un ». Être en avance sur son temps…

Ce que nous faisons sans le temps, le temps le défait.

 

 

Ça sert à quoi d’anticiper ?

A quoi ça sert qu’une personne ait toujours une longueur d’avance sur les autres, sur les événements, sur son temps ?

Réponse possible (si si, je vous entends) : anticiper, ça permet d’obtenir quelque chose avant les autres, à gagner une longueur d’avance pour éviter d’être doublé, surpris, supplanté, concurrencé, voire éliminé… Nous croyons que « les premiers arrivés seront les premiers servis »… par le vendeur, par le guichetier, par la vie. Nous croyons que nous devons faire, agir – jouer des coudes, nous battre – pour passer avant/devant les autres pour survivre et sur-vivre. Et nous croyons que c’est en faisant que nous obtenons, c’est en nous activant que nous méritons d’obtenir. Nous activons donc notre faire pour avoir, pour obtenir avant les autres, avant qu’il n’y en ait plus dans les rayons-de-la-vie.

Nous croyons aussi aux vases communicants : comme il n’y en a pas pour tout le monde, ce que nous obtenons est retiré à l’Autre et ce que l’Autre obtient est perdu pour nous. Alors, pour ne pas perdre, nous devons agir, surtout avant les Autres. Nous devons donc anticiper. Ainsi la boucle est bouclée et le système fonctionne en roue libre – sans plus réfléchir – alimenté par nos pilotes automatiques.

C’est bien ainsi que fonctionne l’ancien paradigme, toujours d’actualité, qui consiste à : 1) Faire —> 2) Avoir —> 3) Être. Dans cet ordre-là :

  1. D’abord Faire : nous faisons. Nous faisons du bon travail, nous faisons des heures supplémentaires, des efforts sans compter, des actions, de l’activisme, de l’hypertension, du diabète, un burnout… (je fais de la surenchère) ;
  2. Puis Avoir : nous avons. Nous obtenons la contrepartie des efforts fournis, comme le salaire, les biens de consommation, la reconnaissance, la puissance et la gloire, enfin la retraite, (quand le syndrôme métabolique ne s’en mêle pas (embonpoint abdominal + diabète + hypertension + cholestérol = syndrome métabolique) ;
  3. Enfin Être : nous sommes. Nous sommes riches, nous sommes heureux (c’est a priori le but recherché : avoir une vie pénard et sécure), nous sommes considérés, appréciés et aimés. Nous sommes (reconnus comme) quelqu’un de bien.  En-fin, nous sommes morts (le syndrôme métabolique ayant continué à faire…mal).

Alors en effet, dans l’ancien paradigme, en anticipant dans le Faire pour Avoir, nous obtenons avant les autres. Et nous sommes vainqueurs, heureux gagnants que nous sommes !

Voilà à quoi sert d’anticiper dans l’ancien paradigme…à être là avant les autres, avant qu’il n’y en ait plus, pour avoir la puissance et la gloire avant les autres (il y a toujours un leader) !

Vous pensez peut-être : « mais ne faut-il pas prendre de l’avance justement pour être dans le bon timing ? Pour être là au bon moment ? … des fois qu’il y ait des contretemps – comme des grèves (au hasard) ? » Car :

« Avant l’heure, c’est pas l’heure. Après l’heure, c’est plus l’heure ».

 

Donc être proactif consiste à être dans le bon timing…

…donc il faut prévoir, anticiper… non ?!

 

…Non.

Être proactif consiste justement à ne pas anticiper !

 

 

Quels sont les risques de ne plus anticiper ?

« Argh… si je n’anticipe plus, il se passe quoi ? »

Si nous n’anticipons plus, nous sommes pris au dépourvu, nous sommes déstabilisés, surpris, pas prêts… Nous risquons de perdre… la promotion, le client, l’argent, la reconnaissance, la prime, le cadeau, l’amour, la vie… – croyons-nous.

Avez-vous remarqué que ces craintes, ces peurs, ces angoisses sont du ressort de l’ancien paradigme ? Avez-vous remarqué que nous avons d’abord peur de perdre quelque chose :

  • peur de perdre ce que nous avons ou aurions pu avoir ;
  • mais encore, une perte dans le Faire, comme rater une action, rater une réunion ;
  • qui risque d’entraîner une perte dans l’Avoir : la perte d’une promotion, d’une augmentation, d’une somme d’argent, d’un bonus, d’un cadeau, d’avoir laissé une bonne impression…
  • qui générera à son tour tellement de mal-Être, comme ne plus être estimable, ne plus être reconnu, ne plus être aimé…
  • qu’il est impossible de ne pas anticiper !
  • Nous avons tellement à perdre !

Mais tous ces (risques de) pertes partent de la croyance qu’il faut d’abord Faire pour Avoir pour enfin Être. C’est une croyance de l’ancien paradigme.

Dans cet ancien paradigme – toujours d’actualité – nous traversent l’esprit toutes ces idées de pénurie, de manque, y’en aura pas pour tout le monde ; « moi c’est moi, toi t’es toi » (dites-le à haute voix), nous sommes séparés ; tout le monde ne peut pas gagner, y’a les gagnants et les perdants. Toutes ces croyances nous encombrent l’esprit et nous pollue la vie… Ces croyances ne nous rendent pas service. Il est temps de passer à d’autres croyances plus constructives : il est temps de changer de paradigme.

 

 

Plus besoin d’anticiper dans le Nouveau paradigme

A bien y réfléchir, le but ultime de toutes nos actions en vue d’obtenir des résultats n’est-il pas d’être heureux in fine ? Être heureux, être bien… Nous sentir sécures, épanouis, aimés, prospères, puissants… ?

Nous nous démenons pour être heureux, nous faisons tout un tas de choses pour l’être, parce que nous croyons que les résultats obtenus nous permettront de l’être, heureux. Et si nous inversions cette croyance ? Et si nous commencions tout de suite par empocher le bonheur, sans passer par la case prison-douleur-fatigue ? Au jeu du Monopoly, il y a des règles : « tu n’empocheras tes 20 000 euros que lorsque tu seras repassé.e par la case départ, sauf si tu te retrouves en prison ». Et si nous changions les règles ? Ne serait-il pas plus simple et plus efficace de commencer par « la fin » ? Ne serait-il pas plus judicieux de nous rendre heureux, là maintenant tout de suite, sans passer par les cases Faire, Avoir, épuisement, fatigue, burnout… ?

Et si nous commencions par l’Être – notre être ?

J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé.
Voltaire

 

Être d’abord – heureux tant qu’à faire.
(Et si vous ne savez pas qui vous êtes, vous attarder sur les questions : « Qui suis-je ? », « Qu’est-ce que j’aime ? », « Qui ai-je envie de devenir ? »)

Puis agir dans cet état d’esprit-là, à partir de cet état d’esprit – ou état d’âme – pour le devenir concrètement – heureux. Du moins devenir quelqu’un qui vous ressemble. Quelqu’un qui est vous.

 

 

Changeons notre état d’esprit, innovons en nous-mêmes

Inversons l’ordre de cette croyance (qui nous fait croire qu’il faut partir du Faire pour Avoir pour Être bien). Inversons-le pour nous ouvrir au  Nouveau Paradigme : 

 

Passons de :

1) Faire —–> 2) Avoir —–> 3) Être

(ancien paradigme)

à

1) Être —–> 2) Avoir —–> 3) Faire

(nouveau paradigme)

 

 

Au fait, c’est quoi le Nouveau Paradigme ?

Le Nouveau Paradigme consiste à :

1 – Partir de l’Être, votre être

Vous vous centrez sur vos sensations, votre respiration, vos émotions. Vous vous alignez sur vos plus hautes valeurs et vos plus hautes aspirations. Vous vous ancrez dans le corps physique. Vous êtes verticalisé.e et vibrez à partir de la zone du cœur. Partir de l’être signifie que, dans toute situation avant de faire, il est essentiel de se poser et de créer un espace de réception pour ressentir ce qui se passe en soi. Il est essentiel de se connecter au cœur ;

2 – Puis à Avoir en pensée grâce à la visualisation

Imaginez ce que vous voulez avoir, visualisez votre objectif comme s’il était déjà atteint et ressentez ce que cela vous fait (sensation de peur ou de joie ? Crispation ou expansion intérieure ?) ;

3 – Ensuite seulement à Faire

A agir dans le monde (sur les situations, les personnes, les problèmes). Vous passez à l’action seulement après 1) vous être centré.e, aligné.e sur votre être intérieur, votre cœur ; 2) avoir visualisé votre objectif et imaginé comme si vous l’aviez déjà réalisé.

En partant de votre être – à l’endroit du cœur – vous êtes en sécurité car vous prenez le temps de vous aligner sur vos plus hautes valeurs, sur l’énergie-Amour, qui vous guide et vous inspire. Vous n’avez alors plus rien à craindre donc plus rien à anticiper. Et cela fait toute la différence !

 

 

Être proactif consiste à Être d’abord

Au risque de me répéter – mais je le dirais encore et encore – être proactif consiste :

  1. D’abord vous vous recentrez sur vous-même (Être), vous prenez le temps de ressentir en vous-même le bien-être et l’amour plutôt que la peur. Vous prenez ce temps essentiel au recentrage sur soi – toujours – avant d’envisager de faire ou d’avoir quoi que ce soit ;
  2. puis vous obtenez en imagination (Avoir) comme si vous l’aviez déjà. En vous fixant des objectifs, en visualisant vos résultats, en vous demandant intimement « est-ce vraiment cela que je veux ? » (et vous prenez toujours le temps de ressentir ce qui se passe dans votre corps, vous êtes dans votre cœur  et vous écoutez : « ça vibre de joie ou ça crispe de peur ? ») ;
  3. Ensuite et seulement vous passez à l’action (Faire). Vous faites une seule action bien ciblée parce que vous aurez pris le temps en amont de vous recentrer dans votre Être et visualiser votre Avoir/votre but comme déjà atteint. Et vous vous assurez que c’est exactement ce que vous voulez obtenir, et vous précisez en vous-même pourquoi vous voulez l’obtenir. Ce faisant, vous ne courez plus en tous sens, vous épargnez votre énergie mentale et votre temps.

 

 

Que devient l’anticipation dans tout ça ?

Elle devient inutile – presque obsolète – dans le nouveau paradigme.

Allons même plus loin :

  1. plus vous serez aligné.e sur votre être profond, sur vos plus hautes valeurs ;
  2. plus vous serez fidèle à votre véritable nature, lumineuse et bienveillante ;
  3. plus vous vivrez en conscience ;
  4. plus vous serez inspiré.e ;
  5. plus vous agirez de manière juste.

Donc :

  1. moins vous aurez peur – des gens, de la vie, de ses rebondissements ;
  2. moins vous ressentirez le besoin d’anticiper ses dangers potentiels ;
  3. car moins vous les craindrez ;
  4. puisqu’ils ne feront plus parties de votre champ de conscience ;
  5. qui sera passé dans une autre dimension : le Nouveau paradigme.

Autrement dit, vous serez accordé.e aux vibrations de l’univers, à l’énergie du vivant qui vous anime. Vous entrerez en résonance avec le Vrai, le Juste, l’Expansion et la Croissance. Vous devenez cette énergie universelle – dont vous êtes fait de tout temps – mais que vous ignoriez jusqu’à maintenant. Vous aurez une confiance totale et évidente dans cette vie qui vous anime.

Vous me direz que ce n’est pas demain la veille… Qui sait.

Je ne sais pas si l’être humain est naturellement bon ou mauvais – ce n’est pas la question ici. En revanche, je suis convaincue que nous sommes vivants parce que la vie nous anime (Lapalisse aurait dit comme moi). Nous ne sommes pas qu’un corps biologique à nourrir de nutriments pour continuer à respirer et à bouger. Nous sommes d’abord un être spirituel en train de vivre une expérience terrestre. Le souffle vital – cette énergie universelle – nous anime et nous fait croître parce que la vie est croissance, l’univers expansion. Parce que la vie elle-même ne meurt jamais : elle se renouvelle et se transforme sans cesse. Nous sommes tous une bougie, une portion de cette lumière universelle. Une boule d’énergie qui ne demande qu’à se révéler et à s’éclater dans la joie et l’expression de l’amour.

 

 

L’anticipation n’est plus, elle disparaît avec l’ancien paradigme

  • Nous n’aurons plus besoin d’anticiper quoi que ce soit parce que nous n’aurons plus besoin de nous prémunir des événements ou des personnes.
  • Nous n’aurons plus besoin de nous protéger parce que nous n’aurons plus peur.
  • Nous n’aurons plus peur parce que nous aurons confiance, non seulement dans ce nouveau-soi, mais encore dans la vie qui nous anime.
  • Nous aurons confiance dans cette vie qui nous porte et nous montre la voie parce que nous serons connectés à elle : alignés, ancrés, verticalisés.
  • Nous seront à son écoute grâce à nos nombreux sens – sens physiques, émotionnels, psychiques et spirituels – donc nous serons à l’écoute de notre guidance intérieure.
  • Nous entendrons cette guidance parce que nous serons ancrés dans la zone du cœur, là où naissent nos rêves, nos envies, nos joies.
  • Nous agirons alors de manière juste et bienveillante, parce que nous aurons compris que nous sommes tous reliés, connectés. Nous formons un écosystème et interagissons au-delà des apparences – illusions crées de toutes pièces par notre mental-ego.
  • Nous aurons compris que nous sommes bien plus que nos enveloppes physiologiques, qui naissent et meurent.
  • Nous aurons intégré le fait que nous sommes des êtres spirituels vivant une expérience terrestre.
  • Nous aurons intégré la croyance que nous sommes une lumière, des êtres de lumière qui n’ont plus rien à craindre de personne, encore moins de la vie elle-même.

Lorsque nous l’aurons compris, lorsque nous serons convaincus intimement (en notre Âme et Conscience) que nous sommes une lumière – un être spirituel (« divin ») – dans un corps terrestre, nous n’aurons plus besoin d’anticiper quoi que ce soit.

 

 

Plus besoin d’anticiper dans le Nouveau paradigme

Le paradigme (ancien) est mort, vive le Paradigme (Nouveau) !

Nous n’aurons plus besoin d’anticiper pour nous prémunir contre des risques – que nous avons créés de toutes pièces dans l’ancien paradigme – parce que nous vivrons dans la confiance du présent et dans la foi que la vie nous porte et veille à notre croissance naturellement.

Nous n’aurons plus besoin d’anticiper, de nous prémunir de quoi que ce soit puisque nous serons directement branchés sur la vie, sur son flux vital et son intelligence. Nous serons alignés, ancrés et verticalisés entre ciel et terre. Reliés à notre source originelle – comme branchés en mode wifi sur l’univers -, nous capterons les informations en cohérence avec notre Être intérieur. Nous agirons en résonance avec le flux vital universel. Nous évoluerons alors de manière juste : la bonne action au bon moment au bon endroit avec la bonne personne.

D’où l’importance de partir de son Être – de son cœur – avant de faire quoi que ce soit. Il est essentiel de se poser – se donner un temps d’arrêt et de respiration – pour créer un espace de réception avant de passer à l’action le cas échéant. Nous n’obtenons des réponses (intuitions, idées…) qu’en prenant le temps de nous connecter au cœur. Toutes les réponses sont en nous, encore faut-il nous mettre à leur portée pour les entendre.

D’où l’importance d’intégrer ce nouveau paradigme dans nos mentalités.

 

D’où le rôle et la mission de ce site Être proactif :

Fournir des techniques, des méthodes, des outils

Et matières à réflexion

Pour passer de l’ancien au nouveau paradigme !

 

 

Comment mettre un pied dans le Nouveau paradigme ?

Nous mettons un pied – un neurone, un bout d’âme – dans le nouveau paradigme lorsque nous décidons de devenir proactif. Hé oui, cela se décide. Nous sommes outillés mentalement, psychiquement, émotionnellement et spirituellement. Tous les outils nécessaires sont en nous – encore faut-il le savoir – et connaître leur mode d’emploi. La nature et notre nature humaine sont vraiment bien conçues !

Du coup, « devenir proactif » consiste à :

  • S’extirper de la masse informe et bien-pensante ;
  • Sortir de la case qui nous coince, étouffe notre respiration, notre âme et ses inspirations ;
  • Cesser de nous battre contre nous-même : contre cette partie égotique du mental qui a intégré et prend pour vraies les lois édictées par la société de génération en génération ;
  • Nous ancrer en nous-même (les techniques existent) ;
  • Nous aligner sur nos plus hautes valeurs, celles qui viennent du cœur et nous enthousiasment. (Le mot enthousiasme, du grec ancien, signifiait à l’origine inspiration ou possession par le divin ou par la présence d’un dieu ; le terme sous-entend une communication divine. Merci Wikipédia) ;
  • liste non exhaustive [je fournirai des ebook à télécharger pour vous aider à être de plus en plus proactif.ve. Je suis sûre que vous allez adorer]

 

 

Devenir proactif devient le chemin

Notre point de départ est ce monde actuel qui fonctionne dans sa version « ancien paradigme » et, tout en cheminant, nous parvenons l’air de rien à la version « Nouveau paradigme », plus lumineuse et plus vraie.

Plus nous cheminons, plus nous mettons en œuvre des changements dans nos façons de penser, de ressentir, d’agir. Plus le chemin change et plus nous changeons. En fait, nous changeons en même temps que le chemin que nous façonnons et qui nous conduit lui-même à changer. Nous devenons concrètement le changement que nous voulons voir dans le monde. Gandhi nous l’avait déjà dit il y a des décennies, maintenant nous savons comment nous y prendre grâce aux savoir être et savoir-faire en proactivité !

Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »
Gandhi (1869-1948), dirigeant politique, guide spirituel de l’Inde et du mouvement pour l’indépendance de ce pays

 

Comme nous incarnons le changement, nous donnons chair à ce changement. (incarner : la carne, la viande, la chair). Nous habitons et rendons concret ce nouveau paradigme à partir de notre Être.

 

 

Nous sommes en chemin, nous sommes le chemin

C’est en forgeant que nous devenons forgerons. Nous apprenons sur le tas notre métier d’être humain en utilisant nos outils, notamment nos 4X5 sens – quatre-fois-cinq-sens. La nature nous a dotés de sens physiques, émotionnels, psychiques et spirituels. Nous sommes équipés pour vivre cette expérience terrestre dans les meilleures conditions possibles.

Ce qui fait démarrer le moteur de notre véhicule terrestre, ce qui allume notre foyer intérieur et nous motive à avancer, à vivre, à créer, à être, c’est le coeur ! Notre coeur alimenté par l’Amour-énergie ! D’où l’importance de partir de l’Être, du coeur de notre être.

Être proactif consiste donc :

  • à devenir conscient de notre être pour nous reconnecter à notre vraie nature (l’amour réside quelque part en nous, à nous de cesser de jouer à cache-cache avec lui et nous plaindre ensuite qu’il nous déserte) ;
  • à nous connaître le mieux possible pour savoir comment nous fonctionnons (attention aux biais cognitifs, aux croyances, aux attachements et conditionnements…) ;
  • à nous connaître et à nous accepter tels que nous sommes (ni bon ni mauvais, à nous de décider de vivre à partir du meilleur de soi) ;
  • à nous accueillir et à nous accepter tous les uns les autres (nous sommes tous interconnectés, ce que nous envoyons dans l’univers – par nos ressentis, pensées et actes – nous revient) ;
  • à vivre en conscience (nous sommes tous reliés et faisons partie d’un tout) ;
  • à rester ancrer dans le présent, ici-et-maintenant – et à agir avec justesse (dans le sens de la vie) ;
  • à vivre en conscience en utilisant tout notre potentiel (actionner nos « potes en ciel » – merci Marina Bougaïef).

Et c’est en étant inspirés que nous devenons par là-même proactifs, du point de vue de l’ancien paradigme. Parce que nous sommes inspirés, nous agissons avec justesse.

Et agir avec justesse est le propre de Être proactif.

Parce que agir avec justesse signifie agir en harmonie avec l’énergie universelle, dans le sens du courant de la vie.

Et pour ce faire, il en faut du travail sur soi et de la confiance en la vie pour nous reconnecter à cette énergie universelle !

Dans le nouveau paradigme en émergence, là où l’Être prime, là où la conscience, l’amour et l’intuition émergent avec force, là où tous nos sens (sens physiques, émotionnels, psychiques et spirituels) fonctionnent à plein régime, nous n’avons plus besoin d’être proactifs puisque nous sommes. Nous sommes devenus nous-mêmes, conscients, éveillés, habités par l’amour et mus par l’amour.

 

 

Dans le Nouveau paradigme, être proactif devient obsolète

Dans l’ancien paradigme – ce monde de croyances où le Faire prime sur l’Etre – la proactivité est un mot-outil qui sert à désigner cet état d’esprit à acquérir pour entrer dans le Nouveau paradigme, celui de l’Etre qui prime sur le Faire et l’Avoir.

Dans le Nouveau paradigme, qui part de l’Être – où l’être de la personne prime sur ce qu’elle fait ou obtient – nous n’avons plus besoin de travailler sur notre état d’esprit proactif puisque nous sommes la vie-même et nous en avons conscience. Nous l’incarnons en conscience et avec amour, et nous agissons en conséquence.

Mais pour entrer dans ce nouveau paradigme, nous devons passer par l’état d’esprit proactif, c’est-à-dire avoir conscience – gagner en conscience – et travailler sur nous-même pour savoir qui nous sommes, découvrir notre vraie nature pour nous reconnecter à nos plus hautes valeurs, pour écouter nos besoins véritables et y répondre… [voir le Livre blanc de la Proactivité où j’explique plusieurs concepts en détails].

A l’heure actuelle où l’ancien paradigme sévit encore sous les chaumières, dans les Organisations et dans le monde, être proactif, c’est encore et toujours :

  1. D’abord partir de son être (il reste du travail pour intégrer cet état d’esprit) ;
  2. Puis imaginer Avoir, c’est-à-dire imaginer ce que nous voulons dans notre présent et notre futur (qui se prépare dans le présent) ;
  3. Enfin Agir en conséquence, en conscience,  avec justesse et amour.

 

 

Dans le Nouveau paradigme, nous n’avons plus besoin d’anticiper !

Dans l’ancien paradigme, encore d’actualité, nous anticipons pour « prendre les devants », pour « avoir une longueur d’avance », pour « arriver premiers ». Nous anticipons parce que nous sommes fûtés et créatifs. Nous trouvons des ruses pour anticiper et gagner – ou éviter de perdre – parce que nous vivons dans la peur de l’Autre. Nous croyons que si nous ne gagnons pas, c’est l’autre qui aura le dessus. Parce que nous croyons que c’est soit lui, soit moi mais pas les deux. Pas possible, « y’en a pas assez pour tout le monde » croyons-nous.

Alors je me bats pour que ce soit moi d’abord. Et j’anticipe par tous les moyens pour me protéger : protéger mon emploi, ma santé, ma famille, mon compte en banque, mes biens, ma réputation… Mon besoin de sécurité est insatiable parce que je me sens vide.

Lorsque je me sentirai pleine – pleine de mon être, pleine d’amour de soi, pleine de gratitude envers la vie, pleine de confiance en elle aussi – je n’aurai plus peur, alors je n’aurai plus besoin d’anticiper.

Nous n’aurons plus besoin d’anticiper parce que nous serons (du verbe être, verbe d’état) en résonance avec la vie, en totale harmonie avec l’instant présent – ancrés, alignés et connectés dans l’ici et maintenant. Alors anticiper n’aura plus de sens : nous serons connectés en direct sur l’énergie vitale, notre lumière intérieure vibrera au diapason des vibrations universelles.

 

 

Être proactif, devenir proactif, n’est finalement qu’un passage obligé pour entrer dans le Nouveau paradigme

Ou plutôt, c’est une nouvelle façon d’être au monde – de penser, de ressentir, de se comporter – être et faire encore immergé dans l’ancien paradigme pour donner une chance au Nouveau paradigme d’émerger.

Une fois le Nouveau paradigme advenu dans notre monde, une fois tous en train de vivre dans l’état d’esprit du Nouveau paradigme, c’est-à-dire une fois que nous aurons compris que la vie part de l’Être – de notre être animé par l’énergie-amour -, alors nous serons. Nous serons totalement connectés à cette énergie-amour, nous serons cette énergie-amour-même (« amour-m’aime ») – d’où partiront notre Faire et notre Avoir.

Le monde sera enfin salubre, devenu bienveillant, habité par tous ces êtres qui le transforment à partir de leur coeur. Ces Êtres qui auront enfin compris qui ils sont vraiment. Ces êtres c’est nous. C’est à nous que revient la responsabilité de devenir – dès maintenant – proactifs. Ainsi incarnerons-nous enfin pleinement notre lumière et notre rayonnement.

 

Et, au fur et à mesure que nous laissons briller notre propre lumière,
nous donnons inconsciemment aux autres
la permission de faire de même.
Marianne Williamson (1952-), auteure spirituelle et inspiratrice de millions de personnes

 

 

Je vous souhaite le meilleur,

nathalie Decottégnie, la proactivité en actionNathalie Decottégnie,
La Référente de la Proactivité, Auteure, Conférencière par passion,
Consultante-Formatrice en Développement personnel et professionnel,
Maître-Praticienne Reiki depuis 2004.

 

Laisser un commentaire

Fermer le menu