Je n’aime pas « faire des efforts », et vous ?

Je n’aime pas « faire des efforts », et vous ?

Aimez-vous vous entendre dire « fais des efforts » ? Moi non.

Pour écouter cet article dans son intégralité, cliquez ici –> Audio-Blog-Je-naime-pas-faire-des-efforts

 

Femme We can do it2

« Faire des efforts »… rien que le mot, je suis déjà démotivée.

Pourtant je dois bien en fournir – des efforts – pour faire avancer mes objectifs. Je dois bien m’efforcer d’atteindre des résultats.

Vraiment ?

 

Ne suis-je pas en train de confondre « effort » avec « contrainte » ou « obligation » ?

Nos vies sont remplies de tâches plus contraignantes les unes que les autres, que nous tentons d’assumer tant bien que mal. Nous « prenons sur nous », nous puisons dans nos réserves énergétiques. Nous « fournissons des efforts ».
Du coup, nous finissons par renâcler et notre force d’inertie se met en branle. Nous résistons. Nous devons bel et bien fournir des efforts pour continuer à avancer.

Les plus lucides se révoltent. Ou tentent de.

Nous n’avons plus envie de faire un quelconque effort. Et pour nous donner néanmoins bonne conscience (la culpabilité est lourde à porter), nous nous « activons » dans le but de calmer notre gendarme intérieur, qui nous exhorte à faire « comme tout le monde », selon ce qui est (prétendument) attendu de nous.

Les plus « forts » résistent. Ou font un burn-out.

 

A moins que je confonde avec « avoir de la volonté » ?

Dans le discours commun, on dit aussi d’une personne qui n’est pas capable de se forcer qu’elle est sans volonté.

Car – toujours dans le discours commun – « avoir de la volonté » signifierait avoir suffisamment de force, d’énergie, de détermination pour faire ce qu’on n’aime pas faire, pour « se forcer » à faire ce qu’on souhaiterait éviter. C’est lutter contre soi-même, contre « ses mauvais penchants », souvent perçus comme « paresseux, fainéants ».

Bref, a de la volonté celui qui réussit (ou pas) à la force du poignet, celui qui se fait « violence » contre lui-même. D’où mon refus tout net de me faire mal.

Manquerais-je de volonté ?

Or, si j’ai la « volonté de réussir », c’est que j’en ai le désir, le dessein, donc la détermination, la persévérance, l’opiniâtreté, non ? Ce qui nécessite d’avoir de l’énergie, de la fermeté jusqu’à la réalisation de mon objectif. Donc de « fournir des efforts » pour tenir sur la durée ?

A moins qu’il faille plutôt parler de « motivation ».

Citation Volonté But1Cela me rappelle un documentaire vu récemment sur la vie de Winston Churchill, cet homme d’état britannique qui a fait preuve d’une force et d’une ténacité incroyables pour entraîner avec lui le peuple britannique et français contre le nazisme. A-t-il « fournit des efforts » pour sauver la Démocratie ?
Par ailleurs, en période de calme politique, Winston Churchill tombait en dépression, et ne se sentait revivre que dans le feu de l’action.
En fait, il a suivi sa pente naturelle dans ces actions héroïques où ses talents se sont exprimés et épanouis, et aurait dû se forcer – faire des efforts – pour se laisser aller !

Revenons au mot « effort ».

 

Que signifie le mot « effort » ?

Voyons le sens du mot « effort » dans Le Petit Larousse :

– du latin « ex » et « fortis », qui a donné « action de s’efforcer », montrer sa force.

– mobilisation des forces physiques ou intellectuelles pour vaincre  une résistance, surmonter une difficulté, atteindre un objectif. Exemples : Faire un effort pour soulever un fardeau ; faire un effort de mémoire.

Nous trouvons implicitement la notion d’énergie, la nécessité d’une action volontaire. Nous saisissons aussi l’idée d’une pression exercée par un corps, avec la notion de peine voire de sacrifice.

Pour avancer, je préfère l’idée d’être propulsée par un moteur autre que l’effort qui nous tirerait. Je préfère l’idée d’un moteur interne qui pousse à l’action, comme la motivation intrinsèque par exemple.
Oui, être motivé pour agir est plus engageant qu’être « poussé » à faire quelque chose.

Fournir un effort semble signaler qu’il faut puiser dans ses réserves énergétiques avec détermination, avec courage, avec force soupirs et résignation. Être motivé de l’intérieur semble être plus engageant, plus « facile », comme un moteur d’action qui nous propulse en avant.

 

Attention à la signification des mots que nous utilisons

Atlas Titan sculpture1En fait, je me demande si nous ne confondons pas « faire des efforts » avec les  messages contraignants du type :  « sois gentil-le », « fais plaisir », « sois parfait-e », « sois fort-e », « sers les dents », « allez, tu peux mieux faire », « fais plaisir », « fais ce que je te demande », « dépêche-toi ! Grouille-toi ! Active-toi ! »
Tous ces messages contraignants – comme leur nom l’indique – nous contraignent. Ils nous forcent à « faire des efforts » et dans des directions, vers des actions, qui ne nous correspondent pas. Ces agissements personnels sont issus d’injonctions inconscientes, que nous avons intériorisées depuis l’enfance. Ils échappent donc à notre vie consciente et nous paraissent normaux dans la mesure où cela fait des années, des décennies, que nous agissons sous leur diktat. Nous sommes agis (agités) par ces messages qui ne nous correspondent pas.

Lorsque nous ne savons pas pourquoi nous nous sentons contraints à faire telle ou telle chose, l’effort à fournir nous met sur la voie. Cet effort – qui nous est pénible – nous signale que nous ne sommes plus sur notre voie, celle qui est censée nous « faire du bien », celle qui doit aller dans le sens de notre bien-être personnel. Cet effort laborieux (euphémisme, je sais) nous montre que nous sommes sur une voie qui n’est pas la nôtre, que nous nous sommes égarés. Ce que nous faisons n’a pas de sens, ne va pas dans le bon sens, celui qui est le nôtre. Nous devons alors fournir un surcroît d’énergie – beaucoup d’efforts épuisants – parce que nous ne sommes pas en cohérence avec nous-même. Alors nous serrons les dents, nous supportons le licol et nous nous laissons (mal)mener.

Vous en êtes là aussi ? A ne plus supporter de « faire des efforts » ?

Comment continuer à avancer, à progresser vers nos objectifs sans « contrainte » et sans effort (surtout inutilement) ?

En vous donnant la permission !

 

Donnez-vous la permission !

Réussir s'autoriser à apprendre1

 

Si si ! Autorisez-vous à sortir de vos habitudes de penser, autorisez-vous à faire autrement :

– « sois gentil-le » : et si vous deveniez simplement vrai (voir le livre de Thomas d’Ansembourg : « Cessez d’être gentil, soyez vrai ») ;
– « fais plaisir » : et si vous commenciez par vous-même ? Si vous considériez vos besoins d’abord ? Demandez-vous : « de quoi ai-je besoin ? Qu’est-ce qui me ferait du bien ? » Et si vous deveniez votre meilleur-re ami-e ?
– « sois parfait-e » : et si vous vous autorisiez à être comme vous êtes, « parfait-e dans votre imperfection » ? (je sais, plus facile à dire qu’à faire, surtout lorsque vous êtes devenu-e autre depuis des décennies) ;
– « sois fort-e » : et si vous vous autorisiez à reconnaître vos « faiblesses », vos défauts ? Et si vous vous autorisiez à être vous-même et à demander de l’aide ? (vous soulagerez les autres autour de vous parce que vous leur laisserez aussi l’espace pour être eux-mêmes dans leurs « imperfections » : soulagement garanti pour tout le monde !)
– « sers les dents » : et si vous leviez la pression que vous vous mettez ? (vous supprimerez du même coup la pression que vous mettez à autrui par ricochet : soulagement garanti là encore pour tout le monde !)
– « allez, tu peux mieux faire » : et si vous vous autorisiez à agir « comme vous êtes », avec les connaissances que vous avez, là où vous êtes ?
– « fais plaisir, fais ce que je te demande » : et si vous faisiez plaisir d’abord à vous-même ? Et si vous vous remettiez au centre de votre vie, au cœur de vos préoccupations ? (et que vous lâchiez la bride que vous mettez aux autres en exigeant d’eux qu’ils prennent soin de vous puisque vous vous « oubliez » ? Soulagement garanti à nouveau pour tout le monde !)
– « dépêche-toi ! Grouille-toi ! Active-toi ! » : et si vous ralentissiez ? Et si vous preniez le temps de respirer, le temps de vivre ?

 

Vous avez le droit d’expérimenter des chemins de traverse

Chemin campagne1Vous avez le droit de penser à vous, vous avez le droit de penser d’abord à vous (sinon, qui le fera ?)
Vous avez le droit d’expérimenter et de vous tromper.
Vous avez le droit d’inventer, de créer, d’innover.
Vous avez le droit de rire de vous-même.
Vous avez le droit de faire les choses lentement, tranquillement.
Vous avez le droit de suivre votre propre rythme.
Vous avez le droit d’exprimer vos émotions, vos sentiments, même s’ils ne sont pas « politiquement » corrects. (je n’ai pas dit : « … le droit de bastonner, de vitupérer sur autrui, de faire violence à autrui ou à vous-même (enfin, c’est vous qui voyez). Quant à moi, je dis « Respecter. Toujours. Vous-même ET autrui »))
Vous avez le droit de vous faire plaisir.
Vous avez le droit de lâcher prise et de renoncer.
Vous avez le droit de reconnaître vos besoins et de les satisfaire.
Vous avez le droit de prendre soin de vous.
Vous avez le droit de ne pas attendre qu’autrui vous satisfasse ou vous comble.
Vous avez le droit de penser que vous êtes égoïste puisque la société – ou votre ego – vous renverra cette image culpabilisante.

Vous avez le droit d’ignorer votre ego et d’écouter plutôt votre conscience ou votre intuition qui vous veulent du bien.
Vous avez le droit de penser ce que vous voulez. (Et ce que pense autrui de vous ne vous regarde pas !)
Vous avez le droit de ne pas vous limiter.
Vous avez le droit de vous surpasser.

Vous avez le droit de vivre selon vos valeurs (plutôt que suivre celles des autres)
Vous avez (même !) le droit de réussir !

Astuce : lorsque vous reconnaissez l’un des messages contraignants, lorsque vous sentez que l’effort à fournir vous pèse, arrêtez-vous, observez-vous en train de ressentir ce qui se passe dans vos deux corps physique et émotionnel, et dites-vous la phrase magique « et pourquoi pas ? »
Oui, pourquoi ne pas vous autoriser à ?
Dès que vous entendez ou reconnaissez ou agissez sous l’injonction de l’un de ces messages contraignants, pensez-y : « et pourquoi pas ? »

 

Et pourquoi pas ?

Ballon Pourquoi pas1La vraie satisfaction naît dans le déploiement de nos talents, non dans les sacrifices que nous nous sentons devoir faire pour mériter la reconnaissance, celle à nos propres yeux comme celle à autrui.
L’expérience gratifiante est celle qui éveille nos désirs et nous met en mouvement vers l’action sensée, « nourrissante » ; celle qui nous fait perdre la notion du temps et de l’énergie déployée pour les réaliser.
Dans ces situations, la notion d’effort disparaît et laisse place à la motivation, au moteur qui nous propulse, à l’action créative et joyeuse.

La réalisation d’un objectif demande davantage de volonté, d’énergie, de détermination, de libre choix consenti et de sens des responsabilités que d’efforts en tant que tels. En effet, agir ne demande pas nécessairement de la peine et de la sueur, comme le fait de « fournir des efforts ».

Alors si vous êtes pris d’une compulsion à « faire des efforts », si vous vous voyez en plein réflexe de fournir des efforts – surtout lorsque cela vous pèse – observez-vous en situation et demandez-vous si ce que vous vous apprêtez à faire est réellement : utile / nécessaire / sensé / constructif / épanouissant / joyeux… (vous avez compris l’idée).

Et demandez-vous toujours : « Et pourquoi ne pas faire autrement ? Et pourquoi ne pas faire autre chose ? Et pourquoi ne pas faire ce que j’ai (vraiment) envie de faire ? Et pourquoi ne pas faire ce qui me ferait réellement du bien ? »

Et oui, après tout, pourquoi pas ?!

 

 

Je vous souhaite le meilleur :-)

Être proactif Nathalie Decottegnie Portrait blog1Nathalie Decottégnie

Experte ès Proactivité

Consultante, Pédagogue,
Conférencière, Auteure

Ouvrage : « A Quoi  pense  une Professionnelle de la Formation en train d’animer un Stage ? »

 

Pour écouter cet article dans son intégralité, cliquez ici –> Audio-Blog-Je-naime-pas-faire-des-efforts

Nathalie DECOTTEGNIE

La Référente francophone de la Proactivité

Cet article a 2 commentaires

  1. Bonjour Nathalie,

    Merci pour ce bel article. Je pense que la vie est un équilibre entre motivation et discipline. On se doit parfois de faire des efforts pour changer certaines habitudes. Mais la majorité de nos actions devraient être conduites par notre coeur et une volonté naturelle d’agir, d’où la citation qui dit que les buts dictent la volonté.

    Tu as raison d’insister sur ces autorisations et ces droits. C’est toujours plus agréable de se sentir maître de ce que l’on fait que de s’en sentir contraint.

    Au plaisir.

    Dorian

    1. Bonjour Dorian,

      Merci pour ton commentaire. Et merci pour son contenu intéressant.

      En effet, Équilibre, Discipline, Motivation, Cœur, Volonté « naturelle » (et non efforcée) sont des mots autrement plus inspirant pour nous « pousser » – oups – pour nous permettre d’agir dans le fluidité.

      D’où l’intérêt – la nécessité – de réfléchir à nos buts, à nos motivations à agir, à nos objectifs, avant tout « effort ». Alors l’action suivra « naturellement » (ou pas) moyennant un surcroît d’énergie « naturelle ».

      Bien à toi,

      Nathalie

Laisser un commentaire

Fermer le menu